Motion E… ce n’est pas la grande émotion !

« L’espoir à gauche, fier(e)s d’être socialistes » : ceci est le titre de la Motion E, présentée au prochain congrès du PS par Gérard Collomb, Vincent Peillon, … et bien d’autres dont Najat Vallaud Belkacem, fidèle parmi les fidèles, ce n’est pas le cas de la totalité de l’équipe municipale lyonnaise.

Au-delà d’un titre, c’est tout un programme ! L’espoir serait donc la seule chose qui reste au PS, alors qu’il apparaît comme une évidence que les militants de ce même PS ne sauraient se contenter de ce seul espoir… Ils attendent probablement des engagements, des propositions, des volontés fortes ! Et pourquoi pas l’organisation d’une « socialiste pride » l’année prochaine !

Mais lorsque l’on lit les 23 pages de la motion (comparées au 220 et quelques du programme pour la Ville de Lyon, c’est presque un scandale !), c’est à nouveau un ensemble de poncifs de la rhétorique socialiste depuis des années : démagogie et opposition systématique à tout ce qui n’est pas estampillé socialiste. Je cite : « l’urgence est donc grande. Il faut comprendre en effet le caractère particulier, destructeur, implacable de la droite sarkozyste, marquée par le retour brutal d’une forme d’affrontement et de division au sein même de chaque catégorie sociale » ou encore « prendre en compte le Réel pour aller à l’Idéal », citant Jaurès.

Là où l’étude du document devient intéressante, c’est lorsque la Motion E trouve une nouvelle référence : les Etats-Unis d’Amérique ! Je cite à nouveau : « l’avenir de notre pays peut paraître assombri – notre PIB par habitant est aujourd’hui de 30% inférieur à celui des Etats-Unis ». Je croyais jusque-là que le modèle socialiste prenait ses racines plus à l’Est… Notez bien qu’en poussant le voyage à l’Est à son maximum, on finit par se retrouver sur le continent américain !

Autre sujet non moins sérieux et aussi bien traité : faire passer les PME à une dimension supérieure ! L’intention est louable, ce qui l’est moins, ce sont les propositions pour y parvenir incluses dans la Motion E ; les voici :

Non, non, il ne s’agit pas d’une erreur de frappe, je n’en ai tout simplement trouvé aucune ! Pardon… j’en ai trouvé une en fait, mais j’ai encore du mal à la qualifier de proposition tant son objet est ubuesque : « l’octroi d’une aide publique [à une PME] doit être subordonnée à la prise de risque, à la création d’emploi non précaires et à la hausse des salaires ». Vaste programme, il faut donc subventionner les PME comme l’est l’agriculture aujourd’hui, en faire une activité économique sous perfusion déconnectée de toute réalité de marché. Cela se terminera probablement par la création de quotas de production…

D’autres sujets sont traités comme l’éducation nationale ou encore la recherche ; concernant cette dernière, le grand écart entre recherche publique et privée subventionnée promet de belles empoignades entre gens de bonne compagnie, si j’en crois le chapitre intitulé « Faire le pari de l’enseignement supérieur et de la recherche ».

Cette Motion E n’est pas un moment de grande émotion, je ne lui vois finalement qu’un intérêt majeur, elle isole un peu plus Gérard Collomb eu sein de sa majorité municipale, ce qui me conforte dans l’idée que le destin national de Monsieur le Maire est mille fois plus précieux à ses yeux que la destinée de notre belle ville… et donc des lyonnais, que faut-il en penser ? Moi, j’ai mon idée…

Une réflexion sur “Motion E… ce n’est pas la grande émotion !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s