8 décembre !

fete-des-lumieres2Lyon, comme chaque année, s’est enveloppée dans des draps de lumière ; comme chaque année, ou presque… En effet, pour la première fois depuis bien longtemps, le 6e arrondissement a pu jouir d’une animation lumineuse au beau milieu de la place Maréchal Lyautey.

Et ce n’est pas tout, pour célébrer le 8 décembre, origine de la fête traditionnelle de Lyon, un superbe feu d’artifice, offert à tous les lyonnais par la Mairie du 6e, a été tiré de la passerelle du Collège. Le magnifique spectacle a enchanté la totalité des très nombreux spectateurs. Je m’avance peut-être, mais je crois que c’est une première à Lyon que d’avoir tiré ce feu d’artifice entre les deux arches de la passerelle. Les reflets dans l’eau et sur les arbres et immeubles environnant fût du plus bel effet !

Mais au-delà de la Fête des Lumière, la célébration du 8 décembre remonte à une tradition qui prend naissance en 1852. C’est en effet à cette date qu’est inaugurée la statue de la Vierge Marie érigée sur la chapelle de la colline de Fourvière. Réalisée par le sculpteur Joseph-Hugues Fabisch, elle a été proposée par quelques notables lyonnais et fervents catholiques puis acceptée par le cardinal de Bonald en 1850. L’inauguration de la statue aurait dû avoir lieu le 8 septembre 1852, jour de la fête de la nativité de la Vierge et date anniversaire du vœu des échevins de 1643. Mais une crue de la Saône aurait empêché qu’elle fût prête ce jour-là et que la cérémonie s’effectuât. L’archevêché, en accord avec la commission des laïcs, choisit alors de reporter l’inauguration à la date du 8 décembre.

Or, le 8 décembre est la date de la fête de l’Immaculée Conception de la Vierge, fête célébrée depuis le IXe siècle, même si la proclamation du dogme ne date que de 1854. Les jours qui précèdent l’inauguration, tout est en place pour les festivités : la statue doit être illuminée par des feux de Bengale, on prévoit des feux d’artifices depuis le haut de la colline et des fanfares vont jouer dans les rues. Les notables catholiques lyonnais proposent d’illuminer les façades de leurs maisons comme cela se fait traditionnellement pour les grands évènements (entrées royales, victoires militaires…).

Mais voilà que, le 8 décembre au matin, un violent orage s’abat sur Lyon. Le maître des cérémonies décide aussitôt de tout annuler et de reporter les réjouissances nocturnes au dimanche suivant. Puis, finalement, le ciel se dégage et la population lyonnaise qui avait tant attendu cette cérémonie, d’un geste spontané, illumine ses fenêtres, descend dans les rues et quelques feux de bengale allumés à la hâte éclairent la statue et la chapelle de Notre-Dame-de-Fourvière (la basilique n’existe pas encore). Les Lyonnais chantent des cantiques et crient « Vive Marie ! » jusque tard dans la nuit.

Depuis 1852, la fête a été reconduite chaque année. La tradition veut que chaque famille lyonnaise conserve désormais avec ses décorations de Noël, son assortiment de verres du 8 décembre, épais et parfois colorés. Le soir du 8 décembre, les bougies sont allumées et placées dans les verres déposés sur le bord des fenêtres, donnant le résultat que chacun a pu admirer lundi soir…

source : Wikipédia

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s