Grève des cantines : bis repetita !

Trois petits tours, ou plus exactement deux petites années, et ça recommence ! La rustine arrachée à la suite d’une négociation bâclée par la Ville de Lyon avec les syndicats des personnels gérant les cantines des écoles de la ville de Lyon n’aura donc pas tenu plus que ça. Il avait fallu que nous descendions devant les grilles de l’Hôtel de Ville pour obtenir un déblocage de la situation. Déblocage qui ne résolvait en rien le problème de fond… Je le craignais déjà à l’époque… Grève des cantines : bis repetita !

Un seul changement finalement, la patate chaude a été refilée à Dominique Bolliet*, nouvel adjoint aux Ressources Humaines de la ville après s’être fait aimablement débarqué de sa mairie du 4e pour laisser la place à David Kimelfeld… Manoeuvre hautement politicienne orchestrée par Gérard Collomb ; Bolliet n’a qu’à s’en prendre à lui-même d’avoir été battu aux dernières cantonales par un écologiste, un « khmer vert » ! Crime de lèse Collomb ! Et comme une punition ne suffit pas, il doit maintenant gérer les conflits sociaux à la ville de Lyon. Et des conflits, il y en a ! La gestion des ressources humaines n’est visiblement pas une priorité… Dont acte.

Le vrai problème, c’est que si la crise est gérée avec autant de tact et de maestria qu’il y a deux, ce sont les parents d’élèves qui seront pris en otages, ce sont eux qui vont en pâtir, ce sont eux qui en seront les principales victimes.

J’échangeai vendredi matin (le 26 octobre) avec des personnels des cantines qui m’exposaient leurs revendications. En vrac : problème de non remplacement des personnels en arrêt maladie, difficulté de gérer les vacataires (ceux qui ne travaillent que quelques heures par jour), manque récurrent d’effectif, … Je ne porte aucun jugement sur la véracité ou encore la recevabilité de ces revendications. La seule chose qui m’importe, c’est que la ville assure le service qu’elle propose. Et avant que l’on vienne me dire que c’est une mission facultative, à partir du moment où elle est proposée, la ville se doit de l’assumer. Et en l’occurrence, elle est à nouveau défaillante.

Durant la crise de 2010, Yves Fournel avait tenté une translation du problème en proposant des conventions aux associations de parents d’élève leur permettant de disposer de lieux dans lesquels ils pourraient eux-même assurer la surveillance des enfants qui sortiraient leur pique-nique du sac. Ce n’est pas une solution, c’est au mieux une façon de dire que l’on a formulé un semblant de réponse. J’ose espérer que cette solution inacceptable ne sera pas à nouveau proposée comme elle va à l’encontre de ce que doit être le service de restauration scolaire.

J’avais à l’époque fédéré de très nombreux parents d’élève pour que la situation revienne à la normale. J’espère que cela ne sera pas nécessaire cette fois, mais je suis prêt à mobiliser à nouveau et le temps laissé par les vacances scolaires nous laisse la possibilité de nous préparer au mieux. Souhaitons que ce temps sera utilisé par Gérard Collomb pour proposer une solution pérenne aux enfants de Lyon.

Les cantines étaient fermées les 25 et 26 octobre derniers dans 81 restaurants scolaires (sur 117) et le préavis des 12 et 13 novembre n’est pas pour nous rassurer.

Pour remettre l’ensemble du dossier dans son contexte, je vous rappelle la forte hausse des tarifs des déjeuners appliquée par la Ville de Lyon depuis le mois de janvier dernier…

* un détour amusant par le blog de Dominique Bolliet nous apprend qu’il en veut tellement à Collomb de l’avoir ainsi traité qu’il n’a rien changé à ses fonctions électives : il est encore maire du 4e et Conseiller Général…

2 réflexions sur “Grève des cantines : bis repetita !

  1. Un simple détail : le terme « Khmer vert » est à mettre entre guillemets, il s’agit de l’expression niaise et maladroite de Gérard Collomb.
    Khmer signifiant simplement cambodgien en cambodgien.
    Même si les verts-pastèque sont encore très présent sur les tables des potentats roses, l’appellation « khmer rouge » n’avait de sens que pour qualifier un socialo-communisme rouge. Reconnaissons aux Cambodgiens le fierté et le droit d’être khmers, laissons les rouges et les verts en face de leur misère noire.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s