Nous ne coalisons pas des Etats, nous unissons des Hommes !

Image bien lisse et protocolaire d'une célebration hors du communIl y a 50 ans, précisément le 22 janvier 1963, Conrad Adenauer et Charles de Gaulle signaient le traité de l’Élysée. Il s’agit alors d’un traité de coopération ayant pour unique objectif de définitivement sceller la réconciliation entre la France et la République Fédérale d’Allemagne. Mais ce symbole n’a donné lieu à aucune manifestation populaire, uniquement des échanges très protocolaires et ne laissant aucune place, ni aux allemands, ni aux français, seulement aux gouvernements…

Le Traité de l’Élysée est un programme qui évoque les relations franco-allemandes en termes de :

  • affaires étrangères
  • défense
  • éducation et jeunesse

Ce traité participe fortement et sans équivoque à la construction du couple franco-allemand déterminant dans la construction européenne. Et force est de constater qu’à l’image de la construction européenne actuelle, la célébration du cinquantenaire de ce moment historique est tristement technocratique et policé.

Quand la construction européenne devrait être une vision politique impliquant les peuples des 27 pays européens, quand l’Europe devrait être un choix légitime de chacune des nations, quand l’Europe devrait être synonyme d’espoir et non de crainte réglementaire.

Je crois fermement que l’Europe est la condition sine qua non de la réussite de la France. Je crois fermement que l’Europe doit être en mesure de peser sur le scène internationale. Je crois fermement que l’Europe doit exister ailleurs que dans les bureaux feutrés de la Commission, cernés par les lobbyistes en tout genre. Je crois fermement que l’épanouissement de chacun des pays qui la compose ne peut passer que par l’Europe.

Mais pour se faire, l’Europe doit impérativement recueillir l’adhésion des peuples, elle doit être soutenue par les populations. Les gouvernements européens ont donc la responsabilité de démontrer à leurs habitants les raisons objectives de croire en un modèle européen qui ne sera pas une charge ou une contrainte, mais exclusivement une chance et un potentiel.

Comment peut-on alors imaginer dans ces conditions qu’un événement de l’envergure de la célébration du 50e anniversaire de la signature du traité de l’Elysée soit réservé jusque dans les détails de son organisation à une élite dirigeante et déconnectée, loin des peuples, loin de ceux qui sont la réalité de la construction européenne ; loin de ceux qui font l’Europe.

Je suis furieux de constater à quel point nos dirigeants, en particulier français, n’ont encore rien compris à ce qu’est leur responsabilité dans la construction européenne. Alors faire de beaux discours est une chose, être dans l’action en est une autre… dont acte.

Il est de ma responsabilité et de la responsabilité des élus, des militants, des sympathisants qui croient en un modèle européen basé sur la confiance des peuples de construire ce modèle, dès maintenant ! Et cette responsabilité, avec tous ceux qui le souhaitent, je veux la prendre.

Pour finir, j’aime à rappeler cette citation de Jean Monnet : « Nous ne coalisons pas des États, nous unissons des Hommes » !

Une réflexion sur “Nous ne coalisons pas des Etats, nous unissons des Hommes !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s