Primaires à l’UMP et l’UDI du Rhône en ordre de bataille !

LA VILLE DE LYONCe weekend avait lieu le second tour des primaires de l’UMP à Lyon qui permettent de définir le nom du candidat de ladite formation aux municipales de 2014. Le moins que l’on puisse dire, c’est que la victoire de Michel Havard n’appartient ni à lui, ni à ses militants… c’est le moins que l’on puisse dire… Mais plus globalement, je prends acte du nom du candidat de l’UMP pour les municipales de 2014 à Lyon et confirme l’importance d’une liste UDI indépendante.

Avant tout développement, et pour éviter tout procès d’intention, je n’avais avant ce deuxième tour des primaires aucune préférence entre les deux candidats.

D’abord, il est intéressant de constater que si Michel Havard recueille le plus grand nombre de voix sur l’ensemble de la ville, il perd les arrondissements. En effet, il en gagne 4 (5e, 7e, 8e, 9e) alors que Georges Fenech en gagne 5 (1er, 2nd, 3e, 4e, 6e). Cette distinction est intéressante à noter et démontre qu’une primaire n’est pas le reflet d’une élection municipale qui est pondérée par le nombre d’arrondissements gagnés et leur poids respectif en fonction du nombre de votants.

D’autre part, et c’est de mon point de vue l’enseignement le plus intéressant de cette primaire, je ne peux m’empêcher d’être dubitatif quant à deux éléments : l’augmentation du nombre de votants et les arrondissements qui ont fait gagner Michel Havard.

Je veux bien croire que le beau temps et un engouement exceptionnel (bien que très relatif si l’on compare le nombre de votants à la totalité du corps électoral lyonnais : +/- 5000 / 252 000) pour cette primaire soit un début d’explication… mais tout de même ! En une semaine, ce sont plus de 1 500 personnes qui ont soudainement trouvé leur champion entre les candidats. 1 500 personnes qui se sont aimablement abstenues au premier tour et qui se sont spontanément précipitées sur les bureaux de vote au second…

De plus, quand je regarde les arrondissements qui ont fait gagner Michel Havard, au delà du 5e qui « est le sien », je reste pantois… Le 7e, le 8e et le 9e ! Certains rapportent des scènes surréalistes de personnes venant voter aux primaires avec un comportement sans équivoque. Il semble que Gérard Collomb ait choisi le candidat UMP qui lui convient le mieux.

Pendant ce temps là, l’UDI du Rhône se met en ordre de marche avec l’élection aujourd’hui du conseil départemental et des conseillés nationaux du Rhône. Je suis heureux de faire partie de ces deux instances ainsi que du bureau de l’UDI du Rhône. Nous avançons sur de nos forces pour présenter aux lyonnais une liste UDI indépendante et proposer à l’UMP le rassemblement au second tour, afin d’additionner les forces en fonction des résultats de chacun.

7 réflexions sur “Primaires à l’UMP et l’UDI du Rhône en ordre de bataille !

  1. Félicitation pour ton élection Thierry, analyse bonne pour ce qui est de l’élection de la primaire UMP de Lyon en vue de la Mairie de Lyon en 2014.

    Pour ce qui est de l’UDI lyonnaise, tu nous dis qu’elle se met en ordre de bataille OK mais je pense néanmoins que tu vas avoir beaucoup de travaille à faire Thierry pour recoller les différents courants qu’il y a à l’intérieur de cette dite formation politique (surtout à Lyon, ailleurs cela peut être différent) ?

    J'aime

  2. Absurde pour ma part je n’ai pas vu de scènes surréalistes avec un comportement sans équivoque. Et Gerard Collomb c’est avant tout Lyon Divers Droite qu’il l’a selectionné et ce en 2001 en présentant un candidat qui allait faire perdre la droite. Peut etre les gens les plus mobilisés ne se trouvent pas dans le 2e et le 6e et oui!!! Quand au nombre d’arrondissement le 1er ne compte quasiment pas.

    J'aime

  3. En faisant abstraction du 5ème ARRDT, Michel HAVARD l’emporte de 16 voix dans les 8 autres.

    Et si l’UDI organisait des primaires pour désigner son candidat sur Lyon ?!!!

    Je pense sincèrement que Collomb aurait préféré avoir Fenech en face de lui.
    Le monde médiatico-politico-culturel aurait surjoué de la droitisation, et on a vu ce que ça a donné en 2001.

    L’expérience électorale prouve qu’un électeur de droite vote plus facilement pour un candidat centriste opposé à un socialiste, alors qu’un électeur centriste a moins de scrupule à voter socialiste contre un candidat de droite.
    Et Lyon est à la pointe dans ce domaine.

    J'aime

  4. Les centristes mou de mou nous ont toujours mit dans la mouise si je peux dire chère @Sangouard…Et je ne vois pas comment ça peut s’arrêter ? Sauf à ne plus voter pour eux !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s